Le  1er tour des élections départementales a eu lieu hier et dès à présent, l’on peut en tirer, parti politique par parti politique, quelques enseignements.

Le Premier Ministre s’est réjoui de la bonne résistance du Parti Socialiste. Certes, avec un peu plus de 21% des voix, son résultat est « nettement » plus honorable qu’aux européennes de 2014 où il avait fait 14%. Pour autant, pas de quoi pavoiser pour le chef du gouvernement qui voit son parti éliminé dans plus d’un quart des cantons et des départements d’ores et déjà perdus (l’Isère, le Nord…). A cet étiage, de très nombreux candidats PS sont en ballotage défavorable. Les médias affirment que soulagé par ces chiffres moins catastrophiques qu’annoncés, Manuel Valls a allumé un cigare.  Si dimanche prochain la majorité présidentielle reste à ce niveau, elle subira une lourde défaite et plusieurs dizaines de départements lui échapperont. Pas sûr, alors, que le Premier Ministre allume un autre cigare !

Élections après élections, le Front National, s’installe dans le paysage politique. Avec 25.2% des suffrages il progresse encore par rapport aux européennes où il avait récolté 24.85% des voix. Il n’est pas le 1er parti de France, il n’atteint pas les 30% comme l’annonçaient les sondages, mais il demeure à un niveau particulièrement élevé qui lui permet d être présent au second tour dans plus de 1 100 cantons. Là encore, Manuel Valls s’est réjoui que : « l’extrême droite ne soit pas la première formation politique de France. » Et d’ajouter : « Je m’en félicite car je me suis personnellement engagé.» Il ne manque pas de culot. En effet, l’échec des politiques (économique, sociale, d’immigration, de sécurité, sociétale…) menées par le gouvernement socialiste a pour conséquence de faire progresser le FN à une vitesse faramineuse et le Premier Ministre explique aux Français que grâce à ses discours de tribune électorale, le parti de Marine Le Pen « ne fait que » 26%! C’est vraiment un pyromane qui se prend pour un pompier !

L’UMP est bien le premier parti de France. La pacification de ma famille politique, opérée depuis que Nicolas Sarkozy en a pris la présidence, porte ses fruits. L’UMP s’est remise en ordre de marche, a présenté, dans la plupart des cantons, de nouveaux et jeunes candidats. Les résultats sont là et, en termes rugbystiques, il faudra transformer l’essai dimanche prochain. Mais surtout, l’alliance avec nos amis centristes permet à la droite et au centre d’arriver très largement en tête avec plus de 30% des voix. C’est une des conclusions de ce scrutin, seule l’union UMP-UDI permet de gagner. Cette union, il faudra la mettre en œuvre lors des prochaines élections régionales. Ceux qui pensent qu’au 1er tour, 2 listes, l’une UMP et l’autre UDI, permettraient de « ratisser plus large » et donc de reprendre la région des Pays de la Loire aux socialistes se trompent lourdement. La preuve en a été apportée dimanche soir.

Les résultats de la droite et du centre sont très encourageants. Il reste, cependant, beaucoup de travail à effectuer pour proposer un programme de redressement de notre pays et retrouver la confiance d’une grande majorité de Français.