Champigné - Inauguration MR Les Acacias 087En cet après-midi, nous vivons ensemble un moment heureux, un moment d’émotion, un événement rare. Au plus exactement, devrais-je dire, un triple événement. En effet, nous inaugurons les nouvelles unités de vie, nous fêtons le 40ème anniversaire de la Résidence des Acacias et nous dévoilons une plaque de rue au nom de Francis RICHARD. C’est ainsi de manière symbolique que le Conseil d’administration a souhaité rendre un hommage légitime et mérité à cet homme qui, en 1968, a voulu, porté et réalisé cette maison de retraite.

Il y a quelques instants, l’abbé Daniel RICHARD, nous a rappelé le parcours de son père, son implication personnelle, familiale, professionnelle, associative dans la vie de Champigné, en évoquant « la vie ordinaire d’un citoyen ». Mais peut-on encore parler de vie ordinaire pour Francis RICHARD ? Un précurseur, un fédérateur d’énergie, créateur d’une entreprise horticole importante, de la Fête du Muguet, qui attira, chaque année, des milliers de spectateurs, membre fondateur de l’Association des familles qui deviendra Familles Rurales, conseiller municipal, père de famille nombreuse et bien sûr fondateur de l’association Résidence des Acacias, sans doute son œuvre la plus importante. Aidée de son épouse, Madeleine, une femme d’une infinie gentillesse, Francis RICHARD a fait de sa vie ordinaire une vie extraordinaire. Une vie remplie, au service des autres, une vie qui a valeur d’exemple pour celles et ceux qui l’ont connu, qui ont travaillé avec lui, qui ont partagé son affection. A commencer par ses enfants qui à sa suite, sous une forme ou sous une autre, participent aujourd’hui à la vie de leur Cité.

Que de chemin parcouru depuis ce jour de septembre 1973 qui voit les premiers résidents prendre possession de leur chambre. Au fil des ans, la Résidence des Acacias a su se transformer pour répondre aux besoins de nos aînés et de notre société, elle a su s’adapter afin d’offrir les meilleures conditions de confort et de bien-être. Les maisons de retraite qui à l’origine, recevaient des personnes valides profitant de services ou d’équipements collectifs se sont révélées inadaptées à la prise en charge et à l’hébergement, dans des conditions satisfaisantes, de nos grands aînés, parfois dépendants. C’est ainsi que la Résidence des Acacias a subi une cure de jouvence dans les années 2000.

En ce jour d’inauguration, permettez-moi d’avoir une pensée toute particulière pour Jacques LIHOREAU, mon prédécesseur à la mairie de Champigné, qui fut durant 31 ans, Président de l’Association de la Résidence des Acacias. Très attentif aux conditions de vie et d’accueil de nos aînés, il a porté avec énergie et conviction ce projet d’humanisation, un chantier qui lui tenait particulièrement à cœur.

En tant qu’élu, de nombreuses fois, j’ai été confronté à des demandes de familles recherchant des solutions d’accueil et de prise en charge pour leurs enfants déficients intellectuels vieillissants ou âgés. Des familles inquiètes, parfois angoissées, car le vieillissement des personnes handicapées va de pair avec celui des aidants.

Il n’existe pas une solution de prise en charge à appliquer uniformément, il faut proposer des solutions plurielles, diverses, adaptées à chaque territoire. Chacun doit prendre ses responsabilités et participer à l’insertion des personnes handicapées dans notre société, quel que soit leur âge. C’est pourquoi, il m’a semblé important de développer ici, avec le soutien du Conseil Général, des unités d’accueil de taille réduite, adossée à la Résidence des Acacias, de manière à mutualiser les moyens et les compétences. Ce projet lourd, important et novateur a pu être lancé car je mesurais l’implication des conseils d’administration des deux associations qui devaient le porter : les associations de la Résidence des Acacias et du Joncheray. Mais plus encore, je connaissais les compétences, l’engagement et la qualité de leurs présidents et directeurs : Marie-Agnès JOLY et Catherine LE MEUNIER, Jean-Louis BOURY et Jean-Louis DESLANDES. Ils n’ont pas compté leur peine, ils n’ont pas compté leur labeur pour que ce projet aboutisse. Sans elles, sans eux, nous ne serions pas ici réunis pour cette inauguration. Un grand, un très grand, un immense merci à vous 4. Sans oublier, bien sûr, celles et ceux qui vous ont secondé et qui ont donné beaucoup de leur temps et de leur savoir.


Aujourd’hui, 28 septembre 2013, 40 ans presque jour pour jour, après l’ouverture de la Résidence des Acacias, je suis persuadé que Francis RICHARD serait, à juste titre, fier de mesurer ce qu’est devenu son projet. Fier de la manière dont « sa » maison de retraite a évolué, fidèle à ses valeurs d’origine, fier de voir qu’ici l’on prend soin de nos aînés et des personnes déficientes intellectuelles, non dans le sens médical du terme, mais dans le sens littéral, c'est-à-dire que l’on s’en occupe avec attention, avec affection, fier des personnels qui exercent leur métier avec passion et dévouement. Fier de cette réalisation qui est avant tout et surtout un lieu de vie.