Voici, après « La semaine de 4,5 jours » et mes articles quotidiens qui exposaient des problèmes et questions liés à la réforme, voici les derniers points qui achèvent mon exposé sur une réforme mal préparée.

12)      Le texte de la réforme prévoit qu’il peut être accordé une dérogation pour que la demi-journée supplémentaire ait lieu le samedi matin. Pour cela, il faut établir un Projet ÉDucatif Territorial (PEDT). Mais, nul ne sait ce qu’est un PEDT, quel peut être son contenu, qui doit y être associé… Le texte ne donne aucune indication.

13)      Le risque réel de cette réforme, c’est de créer une école primaire à plusieurs vitesses : l’école communale des villes aisées qui possèdent les moyens humains, financiers et matériels pour proposer aux enfants des activités variées et de qualité. Et l’école d’une grande majorité de communes qui ne pourront pas offrir de telles activités à leurs élèves. A terme, dans une « République une et indivisible » c’est un risque de fracture sociale. Tous les petits Français doivent accéder à la même qualité d’enseignement et d’activités pédagogiques.