chômage

Au début du mois de novembre, le magazine l’Expansion publiait : « la Commission européenne a revu à la baisse sa prévision de croissance pour la France à 0,4 % ». Malgré les démentis affichés par tous les experts économiques, le Gouvernement prévoit et confirme une croissance à 0,8 %. Il est désormais bien le seul à croire à cette prévision irréaliste.

Depuis le début de cette mandature législative, des mesures d’ordre économique ont été prises. Pour une part, elles portent atteinte au pouvoir d’achat des Français, je pense notamment à la suppression des heures supplémentaires et à la fiscalisation de celles-ci, et pour une autre part, il s’agit d’une avalanche de taxes et d’impôts votés lors des Projets de Loi de Finances Rectificative et de Financement de la Sécurité Sociale pour 2013. Et ces prélèvements viennent s’ajouter aux 20 Md d’€ d’impôts supplémentaires que paieront les ménages (10 Md €) et les entreprises (10 Md €) en 2013.

Des prélèvements de ce niveau, conjugués à une croissance prévisionnelle autour de 0 %, aboutiront sans doute, malheureusement, à une période de récession. Nul ne peut s’en réjouir, mais au contraire s’en inquiéter compte tenu des conséquences majeures sur l’emploi.

Dans ce contexte, le chômage explose. Au mois d’octobre, la France compte 45 400 demandeurs d’emploi (catégorie A) en plus par rapport au mois de septembre.

Le Gouvernement voit le résultat de ses choix économiques, basés sur une idéologie dépassée et inadaptée à la situation de notre pays. Et, plus grave, il fait désormais preuve d’un fatalisme étonnant. A commencer par le Chef de l’État qui a déclaré lors de sa conférence de presse du 13 novembre : «  Nous allons avoir une hausse du chômage continue pendant un an. Nous allons vivre avec ça (sic !). Nous allons nous concentrer sur les contrats d’avenir, le pacte de génération pour inverser, inverser seulement, la courbe du chômage fin 2013 ».

Quand on sait qu’il faut entre 1,5 et 1,7 point de croissance pour arrêter de détruire des emplois, qui peut croire que fin 2013 le chômage commencera à décroître ? Et ce ne sont pas les 150 000 emplois d’avenir réservés aux jeunes de 16 à 25 ans qui permettront d’inverser la courbe.

Mais quand ce Gouvernement va prendre enfin la mesure de cette explosion du chômage ? Ce devrait être la priorité de ses priorités !