Au cours des cinq dernières années, lors de visites ou à l’occasion de petits-déjeuners auxquels j’ai pu convier nombre de commerçants, nous avons évoqué ensemble des dysfonctionnements de la municipalité d’Angers : indemnisation des commerçants impactés par les travaux du tramway, entretien des rues, absence d’interlocuteur fiable et à l’écoute...

Ces dernières semaines, le Conseil Municipal a pris de nouvelles décisions allant à contresens de l’activité et de la vitalité commerciale du cœur de la ville d’Angers. Au moment où s’ouvrait le grand centre commercial Atoll, le Conseil municipal, son Maire, Frédéric BÉATSE, en tête, décidaient d’instaurer une taxe trottoir et d’augmenter, de façon excessive et tout à fait déraisonnable, le prix du stationnement en centre-ville.

Grâce à la mobilisation des commerçants, grâce au travail effectué par la minorité municipale, lors du Conseil du 24 septembre, le Maire est revenu piteusement sur l’instauration de la taxe trottoir en demandant à son Adjoint au commerce de retirer la délibération l’instituant. Il l’a fait pour éviter un recours devant les tribunaux.  « Le tribunal administratif d’Avignon a annulé … sa mise en place. Notre regret est de ne pas avoir été écoutés et d’en arriver à cette situation avec les commerçants », s’exprimait alors Emmanuel CAPUS, membre de l’opposition municipale, cité par Ouest France.

Cependant, le Maire ne revient pas sur l’augmentation du prix du stationnement, ce qui a des conséquences très lourdes sur la fréquentation du centre-ville.

Les commerçants sont particulièrement mobilisés sur cette problématique et je leur apporte mon plein et entier soutien. Je partage leur colère et je souhaite leur rappeler qu’au-delà des actions de terrain, de la mobilisation des angevins, ils peuvent être entendus par l’équipe municipale et influer sur le destin de notre ville en votant à Angers. En effet, nombre d’entre eux, domiciliés dans d’autres communes, exercent leur droit de vote sur leur lieu d’habitation. Mais ils peuvent voter à Angers, lieu de leur activité professionnelle, et choisir ainsi les élus qui vont gérer leur environnement professionnel et économique.